top of page
IMG_5213_light_papier_peint.jpg
00:00 / 02:59

LECTURE AU CASQUE AUDIO DE PREFERENCE

MELTING LANDSCAPE

Installation visuelle et sonore, EDHEA, Sierre, 2024

Papier peint, céramique, casque audio

Dans Melting Landscape, Clémentine Bossard imagine l’alcôve de la bibliothèque de l’EDHEA comme un moulin de glace. Elle nous invite à écouter ce qui se passe à l’intérieur d’un glacier, là où des bactéries millénaires font leur éveil et coulent dans nos vallées, un processus accéléré par le réchauffement climatique.

 

Clémentine crée ce petit univers de toute pièce. Dans le puits de cette alcôve tapissée d’un papier peint, elle nous projette au fond du puits d’un moulin de glace. Les quelques catelles de céramique au relief en vaguelettes dévoilent des formes qui s’apparentent à des micro-organismes. Elles fonctionnent comme un trompe-l’œil qui gondole sur le papier peint, comme des petites fenêtres qui dévoilent une vision microscopique.

Dans le casque, on entend un chuchotement qui s’adresse au spectateur-ice-x, sur un fond de paréidolies sonores.

Le géant (le glacier) dont il est question ici digère le réchauffement climatique. Il libère ainsi les bactéries millénaires qui se réveillent pour se répandre dans nos écosystèmes.

 

Le chuchotement est enregistré de manière à ressentir une certaine intimité avec le visiteur, ce que l’on appelle aussi ASMR (autonomous sensory meridian response), une sensation qui déclenche selon la sensibilité de chacun-e-x-s des picotements ou des frissons au niveau des zones périphériques du corps. En écoutant ces chuchotements qui dévoilent les pensées d’autres écosystèmes, nous devenons ainsi les complices de ce phénomène de fonte des glaces que nous accélérons par notre présence.

 Ce chuchotement à la fois doux et déroutant c'est la voix de Clémentine Bossard qui nous parle et dont les phrases superposées sur la fin de l'audio ressemblent à une conversation presque inaudible, une sorte de conversation en dualité avec elle-même. Elle révèle une manière de considérer les pensées des micro- organismes de la nature qui nous entoure, par exemple en se mettant à la place de ces bactéries bloquées depuis des millénaires dans la glace.

 

Le titre de cette installation fait également référence au travail de Ludwig Berger du même nom Melting Landscape (Field recordings, 2016), une documentation audiovisuelle qui révèle les textures et sons intérieurs du glacier Morteratsch en Suisse.

 

Clémentine imagine alors une histoire en juxtaposition d’une documentation réelle. Il s’agit ici de conter d’une manière surréaliste une histoire dont l’issue semble pourtant bien réelle.

 

Février 2024

IMG_2915 copy.jpg
IMG_2910 copy.jpg
bottom of page